BangBang : bangbangblog.com

Prognostique

Suite et fin de Pop Montréal

Valérie Thérien
5 octobre 2009

samedi 3 octobre

Jupiter Room, 21h15

Alors que les premières soirées de Pop ont été relativement calmes pour moi (j’ai évité de courir partout de show en show), celle de samedi s’est avérée plus digne d’une festivalière (quoi que la fatigue a eu le meilleur de moi vers 1h00).

J’ai été surprise de voir autant de monde pour The Gertrudes, collectif folk ontarien. Ils sont beaucoup sur scène (j’en ai compté 9), mais ça ne sonnait pas trop touffu à mes oreilles, comme si tout avait sa place. On leur donne des points pour les harmonies vocales; on leur en enlève pour la sous-utilisation de la section des cuivres. Petite note aléatoire: le chanteur principal du groupe ressemble beaucoup trop à Joel Plaskett.

O Patro Vys, 22h26

J’ai fait un petit détour pour aller voir Andrew Vincent le temps d’une dizaine de chansons. Son folk-pop minimaliste est correct, mais n’a rien de vraiment spécial. Sur disque, on m’a dit que c’était bien. Sur scène, c’est un peu ennuyant.

Sala Rossa, 23h12

Au menu à la Sala Rossa: trois bands garage américains. On commence avec une belle surprise, Golden Triangle. Très d’aplomb, la troupe brooklynoise a été super énergique et efficace. On a bougé nos têtes comme des cool kids new-yorkais. Les deux chanteuses (une qui ressemble à Edie Sedgwick et l’autre à Karen O), prennent bien leur place et étaient plutôt captivantes.

Fresh and Onlys, un quatuor de San Francisco a suivi. J’ai plus ou moins eu la même réaction en écoutant ce deuxième band. Du bon rock fort (ou « good old rock and roll », comme a dit un gars derrière moi). Peut-être un peu moins amusant que Golden Triangle, Fresh and Onlys nous a très bien diverti. On aime ça fort, des fois.

Puis, je ne suis pas restée très longtemps pour Thee Oh Sees. Pourtant, c’est ce que j’attendais le plus. Le groupe a choisi de jouer au niveau de la foule, à côté du bar, au lieu d’être surélevés sur la scène. Impossible de se frayer un chemin pour bien voir le groupe. Puisque la soirée était consacrée au garage et que ce n’est pas un genre que je consomme énormément, après deux bands, j’avais comme eu mon quota pour le mois. Oui, c’est malheureux, mais la foule a semblé bien apprécié.

Moi qui ne traîne pas assez souvent dans les soirées garage à Montréal, eh ben, ça m’a crissement donné le goût de m’y mettre…en autant que ça soit aussi bien exécuté que samedi soir.

Voilà que Pop est fini cette année. Encore une fois, ça a passé beaucoup trop vite. À l’année prochaine.

Pas encore de commentaire.

Prognostique

Valérie Thérien

Tsé la fille qui est toujours là, mais qui dit jamais un mot?

À propos

RUBRIQUES